Warning: file_get_contents(/proc/loadavg): failed to open stream: Permission denied in /home/www/lacourdesarts/www/config/ecran_securite.php on line 317
Etudiants Orléans 2012
Etudiants Orléans 2012


   ACCUEIL > Art Contemporain >Etudiants Orléans 2012



Etudiants Orléans 2012



Ah Bartleby ! Ah ! humanité !

Affiche {JPEG} - Invitation {JPEG} - Invitation {JPEG}

23 étudiants de 2è année design visuel et graphique de l’École supérieure d’art et de design d’Orléans

Hélène Bigot, Manon Bouchet, Manuela Bourboulon, Julie Colin, Amélie de Lataillade, Charline Dieu de Bellefontaine, Camille Doize, Corentin Faure, Elodie Gardin, Ariane Gaubert, Charles-Louis Gellenoncourt, Ophélie Giroux, Rafaëlle Goldenstein Manière, Lara Goy Chatenet, Arthur Hilbey, Violaine Lablancherie, Yeji Lee, Clément Manière, Chloé Maurand, Amandine Michelet, Charlotte Millery, Benjamin Riou, Justyna Wierzchowiecka


Coordination : Marie-Dominique Guibal, enseignante, plasticienne.

Les étudiants de l'IAV d'Orléans au Point G à Tulle {JPEG} - Les étudiants de l'IAV d'Orléans au Point G à Tulle {JPEG} - Les étudiants de l'IAV d'Orléans au Point G à Tulle {JPEG} - Les étudiants de l'IAV d'Orléans au Point G à Tulle {JPEG}

Les étudiants de l'IAV d'Orléans au Point G à Tulle {JPEG} - Les étudiants de l'IAV d'Orléans au Point G à Tulle {JPEG} - Les étudiants de l'IAV d'Orléans au Point G à Tulle {JPEG} - Les étudiants de l'IAV d'Orléans au Point G à Tulle {JPEG}

Les étudiants de l'IAV d'Orléans au Point G à Tulle {JPEG} - Les étudiants de l'IAV d'Orléans au Point G à Tulle {JPEG} - Les étudiants de l'IAV d'Orléans au Point G à Tulle {JPEG} - Les étudiants de l'IAV d'Orléans au Point G à Tulle {JPEG}

Les étudiants de l'IAV d'Orléans au Point G à Tulle {JPEG}

Pendant une année scolaire, les 23 étudiants de 2è année design
visuel et graphique de l’École supérieure d’art et de design
d’Orléans ont travaillé à-partir-de “Bartleby le scribe/Bartleby
the scrivener” d’Herman Melville.
Le titre de l’exposition reprend la dernière phrase du livre
d’Herman Melville : “Ah ! Bartleby ! Ah ! humanité ! ”
“I would prefer not to / je préfèrerais pas” dit Bartleby le scribe
qui accepte de recopier des textes mais ne souhaite pas s’impliquer
davantage. Cette difficulté de Bartleby à s’inscrire individuellement
et les réactions que cela provoque autour de lui ont été le point de
départ d’une exploration graphique et plastique riche et ouverte.

Ce projet s’est articulé avec les cours de dessin hebdomadaires avec
modèles. Des livrets et dépliants dessinés ont été présentés pendant
les Journées Portes Ouvertes de l’ESAD (16 et 17 mars 2012).
Les étudiants ont ensuite travaillé dans la perspective de
l’exposition en juin 2012 à la Galerie/vitrine expérimentale
Le Point G, à Tulle. Des dépliants dessinés, des films d’animation
et des volumes mis en lumière ont été réalisés pour cette exposition.

L’invitation de la Galerie le Point G à Tulle est une occasion de
rencontres et d’échanges, permettant de faire connaître l’ESAD
d’Orléans et le travail des étudiants.

Marie-Dominique Guibal, enseignante, plasticienne.



« Bartleby, c’est une réflexion sur l’homme et son humanité. C’est la manière
dont un homme se détache de la réalité jusqu’à ne plus comprendre les codes
d’une société. Je propose un travail représentant ce détachement et cette différence que nous percevons envers les actes de ce personnage. »

Hélène Bigot

« La complexité d’un homme face à la vie qu’il ne veut pas avoir. La complexité
telle qu’il est difficile de le comprendre. On ne peut qu’illustrer son désarroi
et son malheur mais on ne pourra jamais montrer ce qu’il pense. Un mystère
qui laisse perplexe et qui me pousse à la quête de la compréhension. Le mal-être d’un homme qui nous oblige à en parler. »

Manon Bouchet

« Ce projet a provoqué une certaine confusion qui m’a amenée à un questionnement. Un questionnement sur l’identité, l’individualité et l’humanité. »

Manuela Bourboulon


« Bartleby est une version non édulcorée de nos instincts de passivité non soumis à un conditionnement quelconque. Il m’évoque l’absence et la passivité, deux notions que j’exprimerai par le vide. »

Julie Colin


« Bartleby est un personnage seul et complexe. J’ai voulu représenter toutes
ses facettes à travers la ligne et la trame. »

Amélie de Lataillade

« Ce projet est la création d’une ambiance. Bartleby le scribe, cette personne qui existe en tant qu’entité mais qui disparaît dans la foule, l’immensité du monde. Mon intérêt est de montrer la subtilité du personnage dans sa façon d’exister. »

Charline Dieu de Bellefontaine

« J’ai voulu traduire plastiquement la complexité, la présence troublante du personnage et sa disparition progressive. »

Camille Doize


« Je voudrais retranscrire la disparition ce qui m’a le plus marquée dans le livre. Disparition de l’être par son autodestruction avec une répartition du trait. »

Corentin Faure


« Ce projet, c’est une très belle histoire sur notre humanité d’aujourd’hui. Le fait d’en faire une exposition rend le tout très cohérent. »

Elodie Gardin

« L’œuvre m’a touchée par la spécificité du personnage et l’atmosphère émanant de cette œuvre. La solitude extrême du personnage et son refus d’intégrer la société a été l’élément porteur de mon travail graphique. La rupture et la communication impossible entre ces 5 personnages éclectiques m’a poussée à travailler une mise en page adéquate. »

Ariane Gaubert


« La compréhension et l’analyse, la perception et l’appréhension d’une phrase,
d’un symptôme humain. Où comment l’esprit s’isole ou comment les autres nous insolent. »

Charles-Louis Gellenoncourt

« Un rassemblement d’êtres, pour éclairer l’homme dans l’ombre du monde. »

Ophélie Giroux


« Je crois me perdre un peu dans ce projet et oublier l’idée que j’avais du livre.
Je voudrais juste garder l’idée que Bartleby est un personnage en construction pour cette exposition. »

Rafaëlle Goldenstein Manière


L’exposition va me permettre de mettre Bartleby dans un cadre qui va le montrer à la face du monde, le forcer à être exposé au regard, bien qu’il semble vouloir plutôt faire partie du décor. Peut-être voudra-t-il se fonder dans la page, peut-être se dévoilera t-il ?

Lara Goy Chatenet

« Je trouve cette œuvre intrigante. J’aime le fait que le narrateur soit l’employeur du scribe. Le personnage de Bartleby est mystérieux et vrai à toutes les étapes de son changement de personnalité. »

Arthur Hilbey

« Je suis Bartleby mais je n’ose pas. On reste humanité, je me contente de rapporter, de montrer. »

Violaine Lablancherie

« T’es rejeté

t’es confus

t’es oublié

mais tu es dans le ciel. »

Yeji Lee

« Je souhaiterais exprimer mon ressenti de l’œuvre étudiée sur un support palpable, c’est pourquoi je veux travailler sur un dépliant ou in situ sur un espace défini au préalable. Malgré le flou pesant sur ce projet, je serai heureux de contribuer à l’éclaircir. Dénouer les fils et évoquer l’homme, sans jamais le comprendre. »

Clément Manière


« Dans ce projet, j’ai voulu mettre en avant la dualité entre le personnage de Bartleby qui se refuse au jeu des hommes et au je tout court, et le narrateur qui à son échelle s’entête à réparer l’humanité (dont, en vain, Bartleby). J’ai eu cette impression de bons et mauvais génies à la lecture du roman, sauf que chacun dans son extrême fait office de mauvais exemple, de personnages vains qui se complètent dans leurs volontés contradictoires. »

Chloé Maurand

« Ah ! Bartleby ! Ah ! humanité ! est un projet qui m’a permis de livrer une interprétation personnelle d’une œuvre qui a frappé mon esprit et ma sensibilité par rapport à la solitude et à la disparition progressive du personnage. Une histoire qui m’a semblé très contemporaine et qui a questionné mon regard sur la société. »

Amandine Michelet


Pour moi, le personnage n’est décrit que par les individus qui l’entourent et par ses actes. Bien que le personnage soit solitaire, il ne peut être représenté seul. Car sans les autres il n’existerait pas.

Charlotte Millery

Ce projet traite de notre vision d’un homme qui, par des actes incompréhensibles, se marginalise. Comment comprendre toute l’humanité d’un homme dont on ne peut rien savoir ? Mon projet s’attardera sur le décalage de Bartleby par rapport à son environnement et les interactions et anecdotes qui font de lui un être humain.

Benjamin Riou


page facebook de la galerie :
http://fr-fr.facebook.com/pages/Galerie-Le-point-G-Tulle/137401923022451




Accedez au site Ressources


Inscription à la news-letter
...........................

--- Actualités ---

2017-12-15 16:12:31

« CONTOUR »

EXPOSITION

« CONTOUR » de Marielle Genest

5 novembre > 3 décembre à la Maison des Portes Chanac
5 novembre > 31 décembre à la vitrine Le Point G

Vernissage : samedi 5 novembre à 12h

Une ligne, un trait, un mur, une ville ... une limite
L’ environnement se trouve ainsi fragmenté en permanence. Tout mon travail s’articule autour de cette notion de fragmentation et de limite. La ligne devient alors essentielle dans ma recherche.

en savoir plus

exposition « Racines »

« RACINES » une exposition Itinéraires-art contemporain
20 septembre > 29 octobre 2016

Vernissage : jeudi 22 septembre à 18h

Les 23 artistes...

en savoir plus

les jeudis de l’été 2016

LES ATELIERS DES JEUDIS DE L’ETE
Gratuit / inscriptions obligatoires / places limitées

art postal - Poinct de Tulle - calligraphie - arts plastiques - création d’un chapeau...

en savoir plus

« Résonances d’enfance »

« Résonances d’enfance »

6 artistes  : Catherine Chaux,Sabine Dorémus, Charlotte Jude, Catherine Lhuissier, Béatrice Nodé-Langlois, Brigitte Paillet

du 1er > 30 juin 2016

Vernissage : samedi 11 juin à 12h

Les Petites Nous, une œuvre de collaboration

Les six artistes explorent l’enfance, leur enfance et l’empreinte laissée par celle-ci sur leur vie. Elles offrent en partage cette expérience de vie qu’est l’enfance, commune à tous, mais vécue de multiples manières. Souvenirs joyeux de moments heureux en famille, ou souvenirs plus douloureux qui laissent des traces indélébiles.

en savoir plus

« tissages-mes-tissages » kalid regam

du 19 mai > 25 juin 2016
Vernissage : jeudi 19 mai à 18h

(…) s’agissant de langues et de langages, ces « textes-images » s’inspirent de plusieurs alphabets… ils se proposent de rappeler la pluralité des langues et par là même la diversité des cultures et, quelque part, la difficulté, voulue, subie et/ou supposée qui va avec, dès lors qu’il s’agit de communiquer ou d’échanger…

en savoir plus